Follow

Un dessin à quarante mains (ou plus)

J’ai lancé un appel à participation et les personnes qui y répondent reçoivent un crayon de papier que j’ai acheté pour l’occasion. Ils ont pour seule consigne de produire quelque chose avec le crayon. Un dessin, un texte, une photo, une installation...tout est accepté à condition que la contribution et le crayon me soient ensuite retournés dans l’enveloppe prévue à cet effet. Aussitôt arrivé dans ma boîte aux lettres, le crayon poursuit son voyage chez un autre volontaire.

Je réunirai toutes les contributions en une édition.
Le crayon devient une sorte de fil conducteur parmi les réalisations variées et toutes différentes. Il est un lien plus qu’un cadre. L’ensemble pourrait être un patchwork qui conserve une cohérence. Je reçois les contributions avec joie et curiosité, j’aime bien le travail de prise de contact pour diffuser mon appel à participation et je me dis qu’un jour, peut-être après le voyage du crayon, les participants pourraient se rencontrer. C’est une sorte d’aventure avec des inconnus. J’ai choisi le crayon parce qu’il est un outil vivant, il rétrécit au fil du temps, on peut l’amputer, il a une gomme qui elle aussi perd de la matière peu à peu. Et c’est l’outil du brouillon, je réfléchis volontiers en notant mes idées avec un crayon. Il a quelque chose wde l’étape, rien de définitif qui le rendent, je trouve, intéressant.
 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now